PS Ain |

Le site des socialistes de l'Ain

L’ édito de Florence Blatrix

Cher-e camarade,

Notre pays connaît un mouvement social d’une ampleur inédite. Depuis plus de deux mois, nos concitoyens s’opposent à une réforme des retraites qui aboutirait à une régression sans précédent. A l’évidence, les objectifs initiaux de cette réforme ont été dévoyés.

En effet, cette réforme n’a plus rien d’universel puisque certains régimes spéciaux se sont transformés en régimes spécifiques dans le but de limiter les foyers de contestation. La garantie d’un système par répartition est partielle puisque la règle d’or qui fige la part des retraites dans le PIB conduira à une baisse des pensions et inévitablement au recours à la retraite par capitalisation comme complément.

Enfin, le recul de l’âge d’équilibre (65 ans pour la génération 1975, 67 pour la génération 1999…) sans prise en compte de la pénibilité aura pour conséquences d’importantes décotes pour ceux qui seront contraints de partir plus tôt. Je veux saluer le travail de nos parlementaires qui sont au combat pour s’opposer à ces régressions malgré le passage en force du gouvernement.

Dans les lycées aussi, un vent de contestation souffle. La réforme des lycées, faite dans l’urgence, sans étude d’impact montre ses limites : le contrôle en cours de formation est une usine à gaz et le remplacement des séries par les spécialités suscite beaucoup d’inquiétudes dans la perspective de l’orientation des élèves.

Au-delà de l’idéologie de casse des services publics et de notre système de protection sociale, l’amateurisme dans la préparation des réformes conduites par ce gouvernement est inquiétant.

La circulaire Castaner retoquée par le Conseil d’Etat est le parfait exemple de la dérive idéologique et de l’amateurisme de ce gouvernement. En effet, la limitation de l’attribution des nuances aux listes dans les seules communes de plus de 9000 habitants ainsi que les modes d’attribution de la nuance « liste divers centre » qui avaient pour objectif de masquer la faiblesse de LREM aux prochaines municipales ont été considérées comme attentatoires au principe d’égalité.

Dans moins de deux mois se tiendront, des grandes villes aux plus petits villages de France, les élections municipales. Ce sont plus de 500.000 conseillers municipaux qui seront élus. Nos Élus sortants ou nouveaux candidats affirment leur identité de gauche et écologiste ; ils s’engagent dans le rassemblement de citoyens, de collectifs ou de partis politiques qui partagent l’impératif de villes justes, solidaires et durables.

Toutes et tous ont pour objectif d’améliorer le quotidien des habitants de leurs communes.

Garantir la présence et l’accès aux services publics fondamentaux, favoriser le développement des mobilités durables, s’engager pour un habitat responsable, assurer la sécurité de leur concitoyens : ce sont des actes que les socialistes ont posé dans les communes qu’ils administrent et des ambitions qu’ils portent pour leurs territoires.

Dans de nombreuses de ville de l’Ain des listes de gauche se constituent pour arracher ces collectivités à la droite. Mobilisons-nous derrière nos candidats pour que la gauche écologiste soit entendue.

Amitiés socialistes,

Florence Blatrix
Première Secrétaire Fédérale
du Parti Socialiste de l’Ain