PS Ain |

Le site des socialistes de l'Ain

Halte à la fermeture des guichets SNCF – Refusons le recul des services publics

Communiqué de Jean-François Debat, Président du  Groupe Socialiste & Démocrate RÉGION AUVERGNE-RHÔNE-ALPES 

 

Un recul sans précédent du service public ferroviaire est en train de s’opérer dans le plus grand silence. La SNCF a pour objectif de supprimer la totalité des postes d’agents derrière un guichet TER d’ici 2020. Sur la seule région Auvergne-Rhône-Alpes, ce ne sont pas moins de 22 guichets qui ont d’ores et déjà disparu, et 12 dont la suppression est programmée avant 2020, laissant de nombreuses gares sans personnel pour accueillir et renseigner les usagers. D’ici le 1er juin prochain, ce sont par exemple les gares de Moirans, Rives, Goncelin, Brignoud dans l’Isère et de Saint-Vallier et Saint-Rambert dans la Drôme qui sont menacées de fermeture. Conséquence de cette politique, de nombreuses gares n’ont plus aucun guichet physique. Et demain, si rien n’est fait, c’est l’ensemble de nos gares du réseau TER qui risquent de baisser le rideau. Les reculs des services publics, ce sont toujours les mêmes qui les subissent. Les territoires les plus ruraux, les plus enclavés et les populations qui font vivre les territoires loin des Métropoles. Ils sont à chaque fois les laissés-pour-compte de la République.  Le Gouvernement, actionnaire unique de la SNCF, est le seul responsable de cette casse méthodique du service public en organisant la disparition des gares, ces lieux de vie indispensables aux mobilités et à l’aménagement du territoire.

Des emplois en danger

Derrière ces guichets que la SNCF ferme, ce sont autant d’emplois qui sont sacrifiés au nom de la recherche de profits. Avant 2020, plus de 900 postes vont ainsi être supprimés. Du côté des rescapés, on dénonce la détérioration des conditions de travail par la multiplication et la diversification des missions demandées et des cadences intenables, occasionnant le délitement du service public.

Un premier pas avant des fermetures complètes de lignes ?

A ne pas s’y tromper, cette politique n’a pour effet que de fragiliser des lignes déjà en sursis. Les suppressions de guichets ne sont qu’une première étape avant les fermetures de gares, puis de lignes complètes. De nombreuses gares sont ainsi vidées, sans accueil ni même d’espace d’attente. La conséquence, c’est la perte d’usagers et de fréquentation du réseau TER. Alors, la SNCF pourra opportunément justifier un manque de rentabilité et par voie de conséquence la suppression de lignes. La SNCF est en train d’organiser elle-même la dégradation du service public ferroviaire en vue de justifier toujours plus de recul de l’offre de trains dans nos territoires. Cette logique libérale conduit la SNCF à favoriser toujours plus les lignes les plus rentables et le TGV loin des mobilités du quotidien pourtant indispensables pour faire reculer les modes de transports polluants comme la voiture individuelle et réduire ainsi l’impact sur le réchauffement climatique. Face à cette situation, nous devons refuser ce recul inacceptable des services publics et la suppression massive des guichets SNCF à l’échelle, non seulement de la région Auvergne-Rhône-Alpes, mais de tout le pays. Les régions, autorités organisatrices des transports, doivent faire preuve d’autorité dans leur relation avec la SNCF et imposer des relations contractuelles bien plus fermes sur le sujet des services en gares.

Usagers des trains du quotidien, citoyens, élus, signez la pétition pour refuser le plan massif de la SNCF de suppression des guichets dans nos gares et nos territoires !