PS Ain |

Le site des socialistes de l'Ain

Elections Départementales 2021 : Christophe Greffet : «C’est la division qui nous a fait perdre le Département en 2015

Article Le Progrès du 1 mars 2021 propos recueillis par David REGAZZONI – Photo Progrès/Catherine AULAZ


Conseiller départemental PS du canton de Vonnas et chef de file de l’opposition, Christophe Greffet dresse les grandes lignes de la campagne de la gauche pour les prochaines élections, annoncées pour juin prochain.

Les dates des départementales sont désormais connues, les 13 et 20 juin prochains. Quel bilan tirez-vous de la mandature qui s’achève ?

“Les candidats qui l’ont été sous notre bannière en 2015 ont réuni 40 % des suffrages. Durant six ans, même en n’étant que trois, nous avons tenté d’être à la hauteur et de porter des idées et mesures concrètes au service des Aindinoises et Aindinois. Nous avons fait part de nos propositions et dit nos divergences dès que c’était nécessaire, toujours dans un esprit constructif.”

À quatre mois du scrutin, sur quelles thématiques comptez-vous vous distinguer de la majorité sortante ?

“Nous avons des propositions à faire en matière de solidarité à l’attention des jeunes et des indépendants. Il faut que le Département de l’Ain s’engage pleinement en faveur d’un RSA jeune, ouvert aux 18-25 ans. C’est essentiel à l’heure où la crise sanitaire fait que plus d’un tiers des étudiants ont perdu leur job et où beaucoup de jeunes travailleurs ont basculé dans le chômage ; certains n’ont plus les moyens de se nourrir. Notre collectivité doit, au sein de l’Assemblée des départements de France, encourager l’État à élargir le dispositif RSA aux plus jeunes. D’autant que cette question progresse au sein de l’opinion publique. Car un département comme le nôtre, seul, ne peut pas faire face. Pour les indépendants, j’avais proposé que le Département leur verse une aide de 1 000 euros chacun ; cela n’a pas été retenu. On pourrait remettre la question sur la table si la crise devait durer.”

Vous avez approuvé l’aide de 3 000 euros apportée aux professionnels du tourisme. La crise sanitaire perdurant, faut-il aller plus loin ?

“Nous voulons instaurer un chèque destiné aux 2 500 familles de l’Ain les plus modestes afin de relancer l’activité des établissements le moment venu. Ce chèque de 200 euros permettra aussi aux bénéficiaires de redécouvrir le département.”

En matière d’environnement, vous considérez qu’il faut faire plus…

“La crise sanitaire est un encouragement à accélérer la transition écologique et énergétique et le Département doit montrer la voie. Il doit à la fois mettre en place un vrai programme de rénovation énergétique de son immense parc immobilier, notamment les collèges, et tirer profit de son énorme emprise foncière pour se lancer dans la production d’énergie solaire.”

La question de la consommation énergétique appelle aussi celle de la mobilité. Dans un département comme l’Ain, comment encourager à limiter l’usage de la voiture ?

“Il y a, chaque jour dans l’Ain, 2,5 millions de déplacements et, dans un département qui gagne près de 6 000 habitants par an, la question des transports va devenir centrale. Il faut, dès lors, co-construire une véritable politique en la manière avec la Région, dont c’est la compétence. Mais le Département gère par ailleurs 4 500 kilomètres de route ; il doit élargir les voies de manière à laisser leur place aux mobilités alternatives, en particulier en direction des centres bourgs. Enfin, il faut travailler sur le développement du covoiturage en lien avec les acteurs privés.”

Quelles sont vos chances, selon vous, de faire basculer le Département ?

“Le fait de partir unis est un déjà un élément essentiel ; car c’est en grande partie la division qui nous a fait perdre en 2015. Et puis, tout laisse penser que le score des candidats du RN sera élevé, ce qui pourrait provoquer, selon nos projections, 10 triangulaires sur les 23 cantons du département. Une situation qui pourrait nous être favorable au second tour.”

Retrouvez l’article ici.

Share and Enjoy !

0Shares
0 0