PS Ain |

Le site des socialistes de l'Ain

COMMUNIQUÉ DE PRESSE PS 01 : LA DROITE N’A PAS RESPECTÉ LE DEUIL NATIONAL

communiqué de presse ps 01

communiqué de presse ps 01

Après l’horreur de Nice, le Président de la République a décrété le deuil national pour une durée de trois jours. Trois jours nécessaires pour les français afin de s’unir et de se recueillir après l’effroi. De vibrants hommages ont fleuri partout en France. La minute de silence de lundi a été largement respectée dans bon nombre d’entreprises, dans les collectivités, les services de l’État mais également dans des lieux publics comme on a pu le voir dans plusieurs gares.

Mais ces moments de recueillement ont été parasités par la droite qui, au lieu de tendre à l’unité nationale, a préféré polémiquer. Comment des Hommes qui prétendent aux plus hautes fonctions de notre pays peuvent tomber dans le piège de la division que nous tendent les terroristes. A un an des présidentielles, la droite veut tout mélanger. Mélanger les moments d’unité et de chagrin avec la campagne des primaires. Rien n’arrête plus la politique politicienne de la droite.
Comme l’a très bien souligné le Premier Secrétaire du Parti Socialiste Jean-Christophe Cambadélis « Toutes les campagnes électorales du monde et autres primaires ne peuvent justifier le double manquement à la morale et à la concorde nationale.»

La droite ne cesse de remettre en cause le Président de la République et son gouvernement dans sa gestion de la sécurité des français. Pourtant la droite devrait être bien mal à l’aise devant les 12 500 postes de policiers qu’ils ont supprimés, devant la suppression des renseignements généraux – maillons indispensables des renseignements français – pendant le quinquennat Sarkozy et devant le refus de la droite sénatoriale de voter la réforme constitutionnelle envisagée après les attentats de novembre.
Le gouvernement a pris ses responsabilités, qu’en est-il de la droite ?

La moindre des décences appelle à respecter les français blessés dans leur chair. La récupération politique et électoraliste d’un drame national n’est pas digne de notre démocratie.