PS Ain |

Le site des socialistes de l'Ain

COMMUNIQUE DE PRESSE : REFORME DES RETRAITES ET AGRICULTEURS

Florence BLATRIX
Première Secrétaire fédérale du Parti Socialiste de l’Ain
Marc-Antoine PASSOT
Secrétaire fédéral à l’agriculture

 

Non, Monsieur le Député Stéphane Trompille, la réforme des retraites ne permettra pas à tous les actifs agriculteurs de bénéficier d’une retraite à 1 000 €.

A l’occasion d’une publication sur facebook datant du 22 février, le Député Stéphane Trompille affirmait que la réforme des retraites permettra à tous les actifs agriculteurs de bénéficier d’une retraite à 1 000 €.

Or, pour bénéficier d’une retraite à 1 000 €, un agriculteur doit remplir une condition très difficile à atteindre pour la majorité des agriculteurs, à savoir, verser des cotisations sociales sur la base d’un SMIC pendant toute sa carrière.

La réalité agricole est à des années lumières de cette  réforme. Plus de la moitié des agriculteurs ne cotisent pas à hauteur du Smic car les revenus des agriculteurs fluctuent d’un mois à l’autre et sont très variables d’une année à l’autre. Le salaire moyen d’un agriculteur est de 1 390 € par mois. Un tiers d’entre eux ont des revenus inférieurs à 350 € et 20% ont déclaré un revenu nul voire en déficit. Les revenus dans certaines filières notamment les éleveurs sont catastrophiques.

Par conséquent, plus de la moitié des agriculteurs ne verront pas le début d’un commencement d’une retraite à 1 000 €. La réforme ne changera rien à la situation actuelle des agriculteurs retraités dont la moyenne des pensions est de 930 € pour les hommes et 670 € pour les femmes.

Les députés LREM se sont opposés à la proposition de loi soutenue par tous les partis d’oppositions, droite et gauche confondues, qui visait à revaloriser les pensions à hauteur de 85% du SMIC. Une proposition qui aurait pu, il y a deux ans, relever le niveau des pensions épouvantables des agriculteurs les plus en difficultés.

Rappelons que les seules mesures prises pour augmenter les niveaux de pension des agriculteurs l’ont été sous le Gouvernement de Lionel Jospin en 2000 et sous la Présidence de François Hollande en 2013.

Nous le redisons, il est parfaitement faux de prétendre que cette réforme permettra à tous les agriculteurs d’avoir une retraite à 1 000 €.

Share and Enjoy !

0Shares
0 0 0

L’ édito de Florence Blatrix

Cher-e camarade,

Notre pays connaît un mouvement social d’une ampleur inédite. Depuis plus de deux mois, nos concitoyens s’opposent à une réforme des retraites qui aboutirait à une régression sans précédent. A l’évidence, les objectifs initiaux de cette réforme ont été dévoyés.

En effet, cette réforme n’a plus rien d’universel puisque certains régimes spéciaux se sont transformés en régimes spécifiques dans le but de limiter les foyers de contestation. La garantie d’un système par répartition est partielle puisque la règle d’or qui fige la part des retraites dans le PIB conduira à une baisse des pensions et inévitablement au recours à la retraite par capitalisation comme complément.

Enfin, le recul de l’âge d’équilibre (65 ans pour la génération 1975, 67 pour la génération 1999…) sans prise en compte de la pénibilité aura pour conséquences d’importantes décotes pour ceux qui seront contraints de partir plus tôt. Je veux saluer le travail de nos parlementaires qui sont au combat pour s’opposer à ces régressions malgré le passage en force du gouvernement.

Dans les lycées aussi, un vent de contestation souffle. La réforme des lycées, faite dans l’urgence, sans étude d’impact montre ses limites : le contrôle en cours de formation est une usine à gaz et le remplacement des séries par les spécialités suscite beaucoup d’inquiétudes dans la perspective de l’orientation des élèves.

Au-delà de l’idéologie de casse des services publics et de notre système de protection sociale, l’amateurisme dans la préparation des réformes conduites par ce gouvernement est inquiétant.

La circulaire Castaner retoquée par le Conseil d’Etat est le parfait exemple de la dérive idéologique et de l’amateurisme de ce gouvernement. En effet, la limitation de l’attribution des nuances aux listes dans les seules communes de plus de 9000 habitants ainsi que les modes d’attribution de la nuance « liste divers centre » qui avaient pour objectif de masquer la faiblesse de LREM aux prochaines municipales ont été considérées comme attentatoires au principe d’égalité.

Dans moins de deux mois se tiendront, des grandes villes aux plus petits villages de France, les élections municipales. Ce sont plus de 500.000 conseillers municipaux qui seront élus. Nos Élus sortants ou nouveaux candidats affirment leur identité de gauche et écologiste ; ils s’engagent dans le rassemblement de citoyens, de collectifs ou de partis politiques qui partagent l’impératif de villes justes, solidaires et durables.

Toutes et tous ont pour objectif d’améliorer le quotidien des habitants de leurs communes.

Garantir la présence et l’accès aux services publics fondamentaux, favoriser le développement des mobilités durables, s’engager pour un habitat responsable, assurer la sécurité de leur concitoyens : ce sont des actes que les socialistes ont posé dans les communes qu’ils administrent et des ambitions qu’ils portent pour leurs territoires.

Dans de nombreuses de ville de l’Ain des listes de gauche se constituent pour arracher ces collectivités à la droite. Mobilisons-nous derrière nos candidats pour que la gauche écologiste soit entendue.

Amitiés socialistes,

Florence Blatrix
Première Secrétaire Fédérale
du Parti Socialiste de l’Ain

Share and Enjoy !

0Shares
0 0 0

CONSEIL NATIONAL DU 1er FÉVRIER 2020 Discours d’Olivier Faure

Discours prononcé devant le Conseil national du 1er février 2020
Lancement campagne des municipales

 

Chers amis, chers camarades,

Je suis très heureux de vous retrouver ce matin. Votre présence nombreuse, très nombreuse, dit quelque chose à la fois de votre mobilisation et de l’importance du moment.

Nous entrons dans cette décennie comme dans un brasier.
Le chef de l’État se comporte comme un pompier pyromane.
Emmanuel Macron crée, mois après mois, des situations incendiaires pour demander ensuite aux Français de lui faire confiance pour éteindre des feux qui ont sa politique pour origine.
Depuis des semaines, de vœux en galettes, je rencontre des Français passés de la perplexité à l’inquiétude, de la bienveillance à l’égard du pouvoir à l’hostilité.
Le mouvement social est d’une ampleur inédite. Les tentatives pour l’endiguer aussi. Les forces de l’ordre dissuadent de manifester autant qu’elles protègent. Les briseurs de grève reçoivent des primes pour récompenser leur absence de solidarité…  Lire la suite :  Discours CN 01-02-2020 def

Share and Enjoy !

0Shares
0 0 0

COMMUNIQUE DE PRESSE : Victoire du PS sur la circulaire Castaner au Conseil d’Etat

Florence BLATRIX
Première Secrétaire fédérale du Parti Socialiste de l’Ain
Christophe GREFFET
Secrétaire fédéral aux élections, à la coordination et aux collectivités

Bourg-en-Bresse, le 31 janvier 2019

 

La fédération du PS de l’Ain se félicite de la suspension de trois séries de dispositions de la circulaire de Castaner du 10 décembre 2019 relative aux élections municipales par le juge des référés du Conseil d’État.

Déposée par plusieurs élus notamment de l’Ain ainsi que par plusieurs partis politiques dont le Parti socialiste, cette requête a abouti alors que se profilent les municipales. Le juge émet un “doute sérieux” sur la légalité de l’exclusion des villes de moins de 9000 habitants dans l’attribution des nuances politiques pour les listes des candidats aux municipales.

A quelques jours du dépôt des listes aux municipales, cette décision du Conseil d’État est un recadrage en bonne et due forme pour le gouvernement et un souffle démocratique pour les territoires.

 

Share and Enjoy !

0Shares
0 0 0

Actualités

Page suivante »