PS Ain |

Le site des socialistes de l'Ain

Agriculture, Alimentation, PAC

Marc-Antoine PASSOT
Secrétaire fédéral à l’agriculture

L’Assemblée Nationale a examiné et voté le projet de loi du gouvernement sur l’agriculture et l’alimentation la semaine dernière.

La fédération a envoyé un communiqué de presse sur le renoncement du gouvernement qui n’a pas souhaité inscrire dans la loi l’interdiction du glyphosate (herbicide cancérigène) d’ici 3 ans contrairement à la promesse présidentielle. Ce renoncement gouvernemental illustre bien l’absence de vision du gouvernement dans sa politique agricole.

Une loi qui a fracturé la classe politique avec l’apparition de frondeurs dans les bancs de la majorité et qui a vu l’abstention du groupe UDI-Agir.

La loi devait permettre une révolution dans la construction du prix pour une meilleure rémunération des agriculteurs. En effet, elle propose une inversion du processus de construction du prix payé aux agriculteurs. Les coûts de production des producteurs deviendront la base de la construction du prix.

 Comment fixe-t-on le prix de production ? Suivant les investissements d’un agriculteur, suivant les exploitations, le coût de production peut être bien différent.

On laisse croire qu’avec cette loi on va pouvoir rétablir des prix mais la loi ne tient pas compte des fluctuations des marchés mondiaux, des stocks mondiaux qui ont fait par exemple dégringoler les prix lors de la dernière crise du lait. Sans régulation des marchés, les lois n’auront aucun effet sur les prix.

 Comment organiser un marché et les prix qui en découlent quand il y a un déséquilibre entre l’aval avec 4 grandes enseignes présentes en France et l’amont atomisé avec ses 480 000 agriculteurs, les 2 800 coopératives et les 17 000 PME et PMI de l’agroalimentaire ?

Quelques avancées sont quand même à noter. Stéphane Le Foll avait déjà beaucoup travaillé sur la transparence de l’étiquetage des produits, cette loi permettra d’ici 2023 de voir sur les étiquettes des informations essentielles telles que « nourri aux OGM», le mode d’élevage, l’origine géographique ou encore «le nombre de traitements par des produits phytosanitaires sur les fruits et légumes frais».

De plus, un amendement a permis la suspension du dioxyde de titane E171, additif souvent utilisé – en particulier dans les bonbons – sous forme de nanoparticules.

Pour les passionnés de cette thématique, voici quelques articles intéressants :

–          https://www.actu-environnement.com/ae/news/loi-agriculture-phytosanitaires-environnement-31373.php4

–          http://www.lepoint.fr/societe/projet-de-loi-agriculture-et-alimentation-principales-mesures-30-05-2018-2222801_23.php

–          https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/8h30-aphatie/un-nouveau-monde-qui-part-a-l-envers-stephane-le-foll-reproche-au-gouvernement-ses-depenses_2755621.html

–          http://www.letelegramme.fr/economie/loi-sur-l-alimentation-mises-en-garde-sur-les-effets-inflationnistes-21-05-2018-11966180.php

 

Baisse drastique des aides de la PAC

Nous constatons une baisse drastique des aides de la PAC en baisse de 5 % en euros courants pour 2021-2027. En euros constants, la baisse serait de 12 à 19 % selon les observateurs. Le départ annoncé des Britanniques explique pour partie seulement ce tour de vis. Leur contribution était de 12 milliards d’euros. La diminution de la PAC va se répercuter sur le second pilier qui permet d’encourager les agriculteurs à avoir des pratiques plus vertueuses pour l’environnement. Cette nouvelle PAC doit donner plus de marge de manœuvre aux pays membres, ce qui aura pour conséquences d’accroître la concurrence entre les agriculteurs européens.

Ci-dessous les liens vers les communiqués de presse sur l’agriculture du Parti Socialiste :

– http://www.parti-socialiste.fr/pac-france-fixer-cap-tempete/

– http://www.parti-socialiste.fr/etats-generaux-de-lalimentation-ont-ete-grande-idee/

 

Orage de grêle à Montagnieu

À la suite de l’orage de grêle qui a ravagé les vignobles de Montagnieu à près de 90%, nous adressons toutes nos pensées et soutiens à ces vignerons qui n’ont pas démérité et qui viennent de perdre leur production. En 2017, ils avaient déjà subi un épisode de gel important. Ces agriculteurs se retrouvent en grande difficulté. La Région a annoncé un plan d’aide de 5 millions d’euros pour les viticulteurs victimes des intempéries dont pourraient bénéficier les bugistes.

Nous comptons sur nos conseillers régionaux pour surveiller et nous informer des suites de cette annonce.

 

Au travail

Sur tous ces sujets, nous devons travailler en repartant sur tout ce qu’a pu faire notre camarade Stéphane Le Foll lorsqu’il était ministre et aller plus loin pour proposer des solutions. L’agriculture est un secteur clé, nous sommes l’un des plus grands producteurs au monde, nous nourrissons la planète. Nous devons affiner le modèle agro-écologique qui permet d’utiliser la nature au maximum de ces capacités pour produire autant que le modèle industriel que nous connaissons aujourd’hui.

Share and Enjoy !

0Shares
0 0 0